Le coté obscur de la gravité



La théorie de la gravité avec versant obscur (Dark Gravity) est une théorie de la gravitation alternative et une extension de la Relativité Génerale.  Au niveau phénoménologique, elle est motivée par la recherche d'une solution théorique commune aux anomalies bien connues de la gravitation à diverses échelles : courbes de rotation et formation des galaxies, accélération et platitude de l'univers, effet  Pioneer, , ... mais une solution qui ne fasse pas appel aux ingrédients rajoutés que constituent la matière noire, l'énergie noire et l'inflation comme dans le modèle standard de la cosmologie.
DG est la théorie qui résulte du fait qu'en présence d'une métrique de fond plate et non dynamique, le champ gravitationnel de la Relativité Générale se dédouble.  Elle conduit nécessairement à une modification des équations d'Einstein incluant un deuxième versant de la gravité relié à la gravité habituelle par la symétrie d'inversion du temps. Bien que DG soit par certains aspects très proche de la théorie développée par JP Petit et exploite son idée principale qui est celle d'une deuxième gravité donc d'un deuxième univers dont le contenu ne peut interagir que par anti-gravitation avec celui de notre univers, ses équations sont différentes et ses prédictions dans de nombreux secteurs, en particulier celui de la cosmologie, sont distinctes. 

        Pages introductives

Particules 

Champs et symétries

       Energies négatives: position du problème

Historique des idées autour des énergies négatives et de l'anti gravité

Energies négatives, anti-matière et gravitation 

Energies négatives et inversion du temps en Théorie Quantique des Champs

Energies négatives et instabilité

      DG: une théorie alternative de la gravité

Principes de la théorie

Conséquences phénoménologiques

  

  1. Matière cachée répulsive

  2. Univers spatialement plat ayant connu la même évolution du facteur d'échelle que dans le modèle standard puis depuis le redshift de transition z~0.6 accéléré en  a(t) ~ t² , 1/(t-t0)2 ou et

  3. L'effet Pioneer

  4. Des discontinuités de la gravitation

  5. De possibles nouveaux effets gravito-magnétiques 

  6. Déviation à l'ordre PPN de la gravité de Schwarzschild 

  7. Pas de trou noir : pas d' Horizon véritable mais une pseudo singularité qui imite les effets d'un horizon sur une durée limitée



Les discontinuités de la gravité doivent être omniprésentes dans l'univers et affecter de façon déterminante tous les observables usuels. Il est donc probable que les observables comme par exemple la densité de matière invisible (matière noire dans le modèle standard) ne pourront être complètement interprétés que lorsque les effets des discontinuités ayant fait l'objet d'études et d'expériences dédiées auront été pleinement compris. Nous pouvons cependant passer en revue ci-après les cinq observables considérés habituellement comme des piliers du modèle standard "cosmologique" . L'évolution du facteur d'échelle de l'univers étant  la même en DG et dans le modèle standard LCDM (depuis la nucleostnthèse primordiale jusqu'à aujourd'hui, avec de possibles écarts minimes dans la période accélérée récente), et la théorie disposant de son propre candidat Matière Noire, la confrontation avec les 5 premiers observables ci dessous est presque une formalité. Le domaine non linéaire est interessant car les effets de la matière cachée répulsive peuvent y être nettement différenciés de ceux de la matière noire, notamment à l'échelle des galaxies mais peut etre aussi des grands vides de l'univers.
  1. Diagramme de Hubble des Supernovae 
  2. Nucléosynthèse primordiale 
  3. Structures à grande échelle, domaine linéaire 
  4. Fluctuations dans le rayonnement de fond cosmologique
  5. Le pic des oscillations baryoniques
  6. Structures à grande échelle, domaine non linéaire
  1. Gravité Quantique  (Dernière mise à jour: 23/7/2007)

  2. DG et Biologie (Dernière mise à jour: 23/3/2008)

  3. SPAD: un réacteur à énergie gravitationnelle ?


Publications & présentations dans des groupes de recherche et conférences internationales

(les plus anciennes comportent parfois des conceptions qui ont dû être abandonnées dans les plus récentes pour s'adapter à de nouvelles contraintes observationnelles)

International Journal of Modern Physics A [Particles and Fields;
Gravitation; Cosmology; Nuclear Physics], Vol. 20, No. 11 (2005) 2341-
2345

Sixth Alexander Friedmann International Seminar on Gravitation and
Cosmology 28 Juin - 3 Juillet 2004 Cargèse
Henry-Couannier frédéric
Negative energies in QFT and GR, the dark side of gravity

5th Rencontres du Vietnam Particle Physics and Astrophysics
Hanoi August 5 to August 11
Henry-Couannier frédéric
Negative energies in QFT and GR, the dark side of gravity

GdR SUSY
Juillet 2004 Clermont-Ferrand
Henry-Couannier frédéric
Negative energies in QFT and GR, the dark side of gravity

Albert Einstein Century Conference
18 to 22 July 2005 Paris
Discrete symmetries and GR, the dark side of gravity

ERE2006
4 to 9 Septembre 2006 Palma de Majorque
Dark gravity: a theory on flat spacetime

Workshop Dark Energy
28 August to 3 Septembre 2006 Pekin
The dark side of gravity and our universe

Poster : From DG to LENR
ICCF19 2015, Padoue Italie

J. Condensed Matter Nucl. Sci. 18 (2016) 1–23

11th International Workshop on Anomalies in Hydrogen Loaded Metals
October 2015 Toulouse, France

Symposium RNBE 2016 de la SFSNMC
Mars 2016 Avignon, France

Poster à la conférence Cosmo17
Septembre 2017 Paris, France

Diaporamas:

La gravité avec son coté obscur
première (.odp forcé à .ppt pour le download) d'une série de présentations dans le groupe Renoir du CPPM (12/5/2010)

PPt de ma conférence grand public à l'association Andromède (7/6/2008)

PPt incluant une brève introduction historique tirée de ma conf à l'ENSAM (19/12/2007)

PPt de ma présentation aux journées prospectives de Giens: Tests et théories (RG & DG) de la gravitation (printemps 2006)

PPt d'une présentation sur  RG: limites et alternatives (Juillet 2007), En anglais

PPt d'une présentation sur MOND (Aout 2007)

PPt d'une présentation au symposium RNBE ( mars 2016)